MERCI À NOS PARTENAIRES CENTENAIRE

L'histoire de la CCICA

Capsule 1 / L'historique

🎧 La fondation de la CCICA

La Chambre de commerce et d’industrie du Centre-Abitibi a été incorporée en vertu de la loi fédérale en 1920. Elle avait alors juridiction illimitée et exclusive sur tout le territoire d’Abitibi. Parmi les membres fondateurs, mentionnons David Gourd, Hector Authier et Ivanhoe Frigon. 

Depuis plus de 100 ans, l’organisme poursuit sa mission de promotion dans le développement économique et professionnel de sa région.

Capsule 2 / Les années 20

🎧 Première requête de la CCICA : une route carrossable et une voie ferrée

En pleine période de colonisation, cette période fut marquée par la « la crise du bois ».  La rareté des wagons d’expédition provoquait l’endettement des colons et des commerçants. La Chambre de commerce a procédé à sa première requête auprès du gouvernement pour la construction d’une route carrossable et l’obtention d’une voie ferrée communiquant directement avec la région de Montréal. En 1924, la Chambre de commerce a demandé l’établissement d’un train quotidien avec service de malle employant du personnel parlant français. 

Capsule 3 / Les années 30

🎧 Participation de la CCICA dans la construction de l'hôpital d'Amos

La chambre de commerce a fait plusieurs démarches afin que les habitants de la région soient mieux desservis: ouverture du chemin entre Amos et Val-d’Or, amélioration des services de transports ferroviaires, routiers, téléphoniques et électriques.  Elle a également participé à recueillir des fonds pour la construction de l’hôpital d’Amos

Capsule 4 / Les années 40

🎧 Participation de la CCICA dans la construction du collège d'enseignement supérieur et de l'école industrielle

En 1948, suite aux démarches de la Chambre et des souscriptions de la population pour défrayer les premiers coûts d’installations, la Ville d’Amos se porte acquéreur de la City Gaz lui permettant de produire, vendre et distribuer son électricité. La Chambre de commerce a également sollicité des subventions dans la construction d’un collège d’enseignement supérieur à Amos et d’une école industrielle. 

Capsule 5  / Les années 50

🎧 Participation de la CCICA dans l'ouverture de la route vers la région de Matagami

En mai 1950, la Chambre de commerce obtient sa première couverture d’assurance collective avec la « The Great West Life Insurance». En 1959, le dépôt d’un mémoire rédigé par l’organisme concernant les possibilités minières, agricoles, forestières et hydrauliques de la région marqua l’ouverture officielle de la route vers la région de Matagami. À ce sujet, l’organisme a été chargé de produire les articles et la carte à paraître dans l’Écho Abitibien.

Capsule 6  / Les années 60

🎧 Ouverture de l'aéroport grâce aux membres de la CCICA

Par leurs implications sur le terrain, les membres de la Chambre ont contribué à l’ouverture de l’aéroport d’Amos. La Ville n’avait pas de fonds pour un tel projet.  La compagnie Québécair a accepté d’y installer un entrepôt d’une valeur de 275 000$ qu’elle a revendu 1$ à la Ville d’Amos deux ans plus tard. Parmi les autres réalisations épaulées par la Chambre dans cette décennie, notons le bureau de placement, le foyer Harricana et le centre Clair Foyer.

 

Capsule 7  / Les années 70-80 et secteur minier

🎧 CCICA au coeur de la promotion commerciale, touristique et sociale du milieu

Différents comités œuvrant à l’intérieur de la chambre de commerce ont soutenu la promotion commerciale, touristique et sociale du milieu. Il y a eu le Comité Gala de la femme d’affaires de l’année, le Comité soirée boursière, le Comité aéroport ainsi que le Comité de bienvenue. De plus, l’organisme a parrainé le projet de réorganisation territoriale amorcée par la Ville.

L’ouverture des activités agricoles et forestières desservies par les réseaux ferroviaires en Abitibi a permis le déploiement de l’industrie minière vers le Nord. Dès les années 20, la ville d’Amos, par sa situation géographique, devenait la principale voie de transport pour le matériel minier. En 1924, la Chambre de commerce d’Abitibi a fait la demande d’établissement d’un train quotidien avec service de « malle ». Le développement ferroviaire devenait le moteur de l’économie entrainant dans son mouvement les autres secteurs industriels.

Dès cette époque, le potentiel économique et social de l’industrie minière était très prometteur pour le développement régional. Des camps, des villages miniers et des villes s’organisent à Rouyn, Cadillac, Malartic et Val-d’Or. La main-d’œuvre minière se multipliait rapidement face à la croissance rapide de l’industrie. Le recrutement s’élevant à environ 10,000 personnes avait lieu auprès de colons de l’Abitibi rural et aussi de l’extérieur.

Au cours des années, l’expansion remarquable de l’industrie minière a marqué le développement économique de la région. La Chambre de commerce est fière d’avoir contribué à la mise en valeur de cette grande industrie d’exploitation.

Capsule 8  / L'expérience d'hier au service d'aujourd'hui

🎧 Envisageons ensemble l'avenir économique

Au cours des cent dernières années, bien des épisodes exceptionnels ont marqué le succès de l’organisme. Riche d’un siècle d’expérience, la Chambre de commerce et d’industrie du Centre-Abitibi est demeurée fidèle à sa mission en valorisant et favorisant l'échange d'information, la promotion des entreprises et le développement économique de la région.

Concentrant ses actions à la réalisation d’événements marquants avec des galas et des soirées reconnaissances, la Chambre de commerce a su, au cours de ces années, donner la parole et la visibilité, à tous ceux qui y ont contribué ! C’est bien outillé que nous envisageons, tous ensemble, l’avenir économique de notre région!

Capsule 9  / Secteur minier

🎧 Les réseaux ferroviaires ont permis le déploiement de l'industrie minière vers le Nord

L’ouverture des activités agricoles et forestière desservies par les réseaux ferroviaires en Abitibi ont déployé, dès les années 20, l’industrie minière vers le Nord. Il est important de se rappeler qu’en 1924, la Chambre de commerce d’Abitibi avait fait la demande d’établissement d’un train quotidien avec service de « malle ». Le développement ferroviaire devenait le moteur de l’économie entrainant dans son mouvement les autres secteurs industriels.

Dès cette époque, le potentiel économique et social de l’industrie minière était très prometteur au développement régional. Des camps, des villages miniers et des villes s’organisent à Rouyn, Cadillac, Malartic et Val-d’Or. La main-d’œuvre minière se multiplie rapidement face à la croissance rapide de l’industrie. Le recrutement s’élevant à environ 10,000 personnes, se fait auprès de colons de l’Abitibi rural et aussi de l’extérieur.

Avant la construction des routes minières, la rivière Harricana était la principale voie de transport pour le matériel minier. C’est en 1922 que monsieur Maurice Bénard établit un service de navigations aux mines. Les transports s’effectuaient entre Amos et les différents lieux d’établissements miniers tel le canton de La Motte, le chemin de la mine Benjamin à l’île Siscœ, la mine Martin ainsi qu’au camp de l’Union Mining Coporation de Timmins.

Dès lors, de petits caboteurs et bateaux-mouches sillonnaient l’Harricana. Le bateau à vapeur S.S. Siscoe y naviguera dès 1929. Antonio Martel, Jean et Adélard Beauchemin, industriels forestiers d’Amos mais aussi promoteurs miniers dans la région de Val-d’Or, font construire, en 1934- 1935, le S.S. Sullivan, pouvant faire l’aller-retour Sullivan-Amos la même journée. Ce service de transport de navigation se maintiendra jusqu’à la construction des routes et l’ouverture des villes minières.

©2021 CCICA • Contactez-nous • Catégories • Plan du site • Propulsé par GNAK.CA
Retour
Partager